Les plaidoiries au procès de Tarnac : « Il est temps de les libérer de ce fiasco ! »

Le dernier chapitre de « laffaire de Tarnac » est clos Apres trois semaines de et dix ans de procedure on en aurait presque le vertige Il ne reste plus a Corinne Goetzmann la presidente de la 14e chambre du tribunal correctionnel de qua lepilogue et a le au moment de son jugement jeudi 12 avril

Pas sûr que les plaidoiries de la qui lont toutes appelee a une relaxe generale alors que le procureur avait requis jusqua six mois ferme bouleverseront la reflexion de la magistrate

La premiere a fut Me Claire Abello pour la defense des « autres » prevenus de laffaire : Mathieu Burnel et Benjamin Rosoux (refus de se a un prelevement dADN) Bertrand Deveaud et Elsa Hauck (association de malfaiteurs pour leur implication dans une manifestation contre un sommet europeen sur limmigration a Vichy en 2008 ayant degenere) et Manon Glibert et Christophe Becker (recel de cartes didentite volees) Une plaidoirie technique tres juridique sur un fil le cas des deux derniers apparaissant comme le plus susceptible dentraîner une condamnation

« Une defense une defiance »

Puis ce fut au tour de Me Marie Dose Lavocate de Yildune Levy virevoltante caustique mais sans outrance a commence par « la genese dun dossier qui transpire linstrumentalisation et la presomption dinnocence bafouee » et Michele AlliotMarie pour sa façon dagiter a lepoque des faits le spectre dun retour du « peril rouge » : « Elle sest servie deux [les prevenus] Tarnac ce nest pas un dossier quon politise cest une quon judiciarise Et aujourdhui citee comme temoin elle ecrit au tribunal pour son absence : En tant que ministre de linterieur je nai eu quune connaissance sommaire du dossier Quel toupet !

On leur a dit Cantonnez a une defense normale et raisonnable Mais ce quils ont vecu depuis dix ans estil raisonnable »

Il fut ensuite question de droit pur et dur quant a la valeur du « PV 104 » Article 429 du code de procedure penale lu par Me Dose : « Tout procesverbal na de valeur probante que si son auteur a rapporte ce quil a constate personnellement » Or des dixhuit policiers officiellement presents lors de la filature de Julien Coupat et de Yildune Levy dans la nuit du sabotage qui leur est reproche un seul a signe le PV Article 430 : « Les procesverbaux constatant les delits ne valent qua de simples renseignements » « On est sur une valeur probante proche du neant » estime lavocate selon qui sa cliente et Julien Coupat ont regagne Paris tot dans la nuit comme lindique un retrait bancaire a 2 h 44 a Pigalle a une heure où les policiers disent vu Yildune Levy en SeineetMarne

« Il faut que cette affaire se finisse dignement a conclu Me Dose Elle a coûte assez de dignite a Yildune Levy et aux autres La loyaute de ces trois semaines daudience ne reparera par les indignites La doit de senliser dans cette affaire elle en a assez souffert Rien ne permet de Yildune Levy et les autres prevenus Il est temps de les de ce fiasco ! »

« Pratiques deloyales »

Me Jeremie Assous discourait en dernier Lavocat de Julien Coupat a surpris lassistance en restant aussi sobre quil setait montre eruptif tout au long du proces « Dans la nuit du 7 au 8 novembre 2008 atil debute quatre crochets ont ete poses sur des lignes TGV et aucune investigation serieuse na ete faite pour trois dentre eux : cest la preuve parfaite que la justice dans cette affaire ne sest jamais interessee a la verite »

Tout au long de sa plaidoirie lavocat sest attache a « les pratiques deloyales » des services de renseignement qui nont de comptes a rendre a personne mais ont abreuve les enquêteurs dinformations ayant servi laccusation « Comme il faut se de laveu qui risque davoir ete extorque il faut se mefier du renseignement qui risque davoir ete invente » atil cite

Publicités

La justice a besoin de sa réforme

En poursuivant votre navigation sur ce site vous acceptez nos et lutilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptes a vos centres dinterêts et vous permettre lutilisation de boutons de partages sociaux

Analyse Pour le journaliste du « Monde » JeanBaptiste Jacquin si le constat dune justice pau­parisae asphyxiae et au final dacradibilisae ne fait plus gua¨re de dabat la divergence entre gouvernement et syndicats porte sur la mathode et certains choix